Le maraîchage : comme passion ou comme métier

maraichage-agriculture

L’agriculture est considérée comme un secteur d’avenir. Très diversifiée, elle comprend plusieurs branches comme le maraîchage. Certains le font par passion d’autres le considère comme un métier. Le maraichage est la production de végétaux destinés à la consommation. Elle est faite de manière professionnelle. Autrement dit, le maraichage est fait afin d’en tirer profit ou d’en vivre tout simplement. C’est une activité basée sur quelques principes. Il est donc nécessaire en fonction de vos objectifs de suivre une formation. Mais également de connaitre les différentes techniques de maraichage et beaucoup d’autres astuces. Découvrez donc à travers cet article tout ce qu’il faille connaitre sur le maraichage.

Quelles formations suivre pour devenir maraicher ?

Le domaine de la production légumière est un secteur ouvert à tout le monde. Il n’exige pas une formation même si le diplôme constitue un meilleur moyen d’avoir accès à toutes les portes. Pour ce faire, il est important d’être motivé, être en bonne condition physique et surtout être passionné.

Il existe plusieurs formations. Ces formations sont possibles en fonction de votre profil et de vos projets.

  • A cet effet, si vous êtes jeunes, vous pouvez suivre votre formation dans un collège d’enseignement agricole général, technologique et professionnel. Pour ce qui est des salariés, vous pouvez suivre une formation professionnelle qui vous permettra de renforcer vos ressorts.
  • Vous pouvez également avoir accès à un diplôme agricole en alternance ou grâce à VAE.
  • Jusqu’au BAC, vous pouvez suivre une formation en production horticole, dans la spécialité productions florales et légumières. Après cette formation vous bénéficierez d’un Certificat d’Aptitude Professionnelle Agricole (CAPA). Le second diplôme que vous pourrez avoir est le BPA qui signifie Brevet Professionnel Agricole. Ici vous recevez une formation dans la spécialité horticulture ornementale légumière.
  • Il existe également des formations qui vous attribuent le diplôme de bac ou l’équivalent. Avec le BAC Professionnel, vous pourrez suivre une formation en productions horticoles. Ou une formation afin de devenir un technicien en conseil de vente de produits de jardin. Mais avec le Brevet Professionnel, vous êtes responsable d’atelier de productions horticoles.
  • Au niveau supérieur également avec un BAC +2, vous bénéficier d’une formation en production horticole. Avec cette formation vous disposez d’un Brevet de Technicien Supérieur Agricole (BTSA). Toujours avec le BAC +2 vous avez le diplôme de Certificat de Spécialisation. Ce diplôme vous accorde le titre de responsable technico-commercial des fruits et légumes. Ou technicien en conseil en agriculture générale. Avec le même niveau vous pouvez avoir un diplôme de Licence pro agronomie dans la spécialité management des aménagements agricoles. Ou avoir une licence pro management des organisations en spécialité management européen d’une station fruitière et légumière.
  • Le niveau supérieur BAC +3 vous octroie un diplôme de licence professionnelle. Avec ce diplôme vous disposez des formations pour être responsable en qualité dans la branche des fruits et légumes. Vous suivez une formation en agronomie plus précisément en agriculture biologique. Une formation en production végétales qui prend en compte les productions végétales, culture mais également la protection des cultures. Pour finir vous bénéficiez d’une formation en management européen d’une station spécialisée dans la commercialisation des fruits et légumes.

Pour finir, le bac +3 vous octroie le titre d’ingénieur horticole ou d’ingénieur en agriculture. C’est également un master professionnel.

Néanmoins, vous avez la possibilité de faire des formations complémentaires afin de profiter certaines responsabilités. A cet effet, vous pouvez suivre une formation en techniques culturales avec la possibilité d’être chef de cultures légumières. Ou suivre une formation en économie et en gestion afin d’être chef de cultures légumières ou de créer votre propre maraîchage.

Quelles sont les différentes techniques de maraichage ?

Depuis un certain nombre d’années, de nombreux projets en maraichage naissent. C’est un secteur porté par de nombreux individus en réorientation professionnelle. A cet effet, au moment où certains portent le choix sur le maraichage bio, d’autres opteront pour le maraichage traditionnel ou le maraichage permaculture. Voyons donc ce que ces différentes techniques réservent :

Le maraichage bio

Le maraichage bio est un système de production de végétaux biologique fondé sur le respect du vivant et des rotations naturelles. Cette technique de production se base sur la non-utilisation des produits chimiques de synthèse ni des organismes génétiquement modifiés. Elle se base plus précisément sur le recyclage des matières organiques et le respect de la rotation.

Les étapes de production des légumes et fruits sont fondées sur l’usage d’ingrédients biologiques et l’utilisation limitée d’amendements et auxiliaires de fabrication. Tout en faisant recours à des méthodes respectueuses de l’écosystème et non polluante.

La permaculture

La permaculture est un concept systématique et global qui vise à favoriser plutôt que de lutter contre certaines espèces ravageuses et contre les maladies. C’est un système qui pour favoriser la vie du sol et par la même occasion le fertiliser consiste à utiliser la paille, du foin, des feuilles et autres cultures couvrantes comme couvert. Et cela sans jamais effectuer un travail.

Le maraichage en permaculture permet de faire une association culturale denses et surtout bio-diversifiée.

Le maraichage traditionnel

Encore appelé le maraichage conventionnel, le maraichage traditionnel est une technique adoptée par de vielles fermes. Cette technique se fonde sur la mécanisation, les produits chimiques de synthèses et les pesticides. Le maraichage traditionnel s’installe sur plusieurs hectares avec l’usage de tracteur, de trieuse etc. Généralement ce sont les plus gros fournisseurs sur le marché.

Le contour de ces 3 techniques est très arbitraire et de nombreux maraichers se retrouvent dans l’une des méthodes.

devenir-maraicher

Comment vivre de son métier de maraicher ?

Le maraicher est un métier d’avenir. Et pour vivre de métier il est important de remplir certaines conditions.

La taille de l’exploitation

La taille de l’exploitation prendre ne compte plusieurs paramètres que sont :

  • La superficie à exploiter,
  • La main d’œuvre qui peut être familial ou des employés que vous aurez.

Il n’existe pas une taille de l’exploitation idéale. Les maraichers doivent être le centre des exploitations qu’ils aient la main d’œuvre ou pas. Ils doivent rester leader de leurs matériels, et capitaux. A cet effet, le chef de l’exploitation doit définir un projet qui soit économiquement, financièrement et humainement durable.

Les bons outils de maraicher

En tant que maraicher vous avez besoin de plusieurs outils. Si vous souhaitez faire une coupe ou une taille, vous avez besoin :

  • de sécateurs,
  • d’épinette,
  • de scie d’élagage arboricole,
  • de couteaux,
  • de greffoirs,
  • de cisailles à haies.

Comme matériel de manutention vous avez besoin :

  • de transpalettes,
  • de chariots,
  • diables,
  • de brouette,
  • de remorques.

Pour effectuer le greffage et le liage, vous aurez besoin :

  • de pinces,
  • de couteaux à greffer,
  • de support,
  • de tuteur,
  • des pinces à lier.

Pour la récolte, vous aurez besoin de filet de récolte, des caisses, des seaux, ou paniers etc.

Comment se lancer dans le maraichage ?

Si vous voulez faire du maraichage, il est important que vous respectiez ces conseils que nous vous prodiguons.

La fertilisation du sol

La fertilisation est un procédé qui consiste à apporter au sol les éléments minéraux dont il a besoin afin d’assurer la croissance et le développement des végétaux. Ces éléments minéraux peuvent être les engrais ou les amendements. L’objectif final de la fertilisation est d’obtenir un bon rendement en tenant compte des autres éléments qui y participent. Ces éléments sont la qualité du sol, le climat et le potentiel génétique.

Apprendre à planifier sa production de fruits et légumes

Au cours l’année, deux plannings sont importants. Le premier dure pendant 25 semaines et débute à partir du mois d’octobre. Le second plan dure plus de 25 semaines et débute en mars. Pour ce faire il est important de prendre son temps afin d’élaborer un bon planning et atteindre les objectifs fixés. Il est donc important que vous preniez en compte certains éléments très importants :

  • Le premier point est de déterminer les besoins en légumes. Cela consiste à estimer la capacité à vendre par légume et en fonction des périodes.
  • Ensuite, il faut identifier les légumes prioritaires.
  • Pour finir, étaler la production.

Le dernier élément est la surface et l’organisation des tunnels. Cela vous amène à déterminer le nombre de tunnel, le nombre de planches ou le nombre de rangs par planches. Mais surtout prendre en compte la densité.

Le choix de la semence

Le choix de la semence est très important. C’est point de départ d’une culture. Pour cela la semence doit être vigoureuse et de la meilleure variété. Une semence de cette qualité se développe rapidement. Par la suite, la semence doit être résistante. Autrement dit, elle doit présenter un meilleur état sanitaire et avoir une bonne attitude en face des parasites. Il faut choisir une semence produit dans de bonne condition et bien stockée. Avoir un bon fournisseur qui vous fournira des semences des F1 de très bonne qualité.

Faites attention à la dérive génétique et d’éventuelles déconvenues.

La gestion de l’eau au potager

Pour gérer l’eau au potager, il est important de connaitre en premier le sol. Et on distingue trois types sols que sont le sol sableux, limoneux et argileux. Secundo, améliorer la structure de votre sol en faisant un apport de compost ou semer des engrais verts. Vous pouvez également identifier les besoins des plantes. Il faut donc déterminer la quantité d’eau, le stade de développement mais aussi l’enfoncement des racines.

Vous pouvez également prévoir des équipements de suivi et de récupération d’eau. Pour cela vous pouvez suivre les précipitations en utilisant un pluviomètre. Ou en récupérant l’eau de pluie. Pour finir vous mettre à votre disposition du matériel d’irrigation comme l’arrosoir, les tuyaux goutteurs incorporés.

Comment se diversifier en tant que maraicher ?

En tant que maraicher, il est important d’avoir plusieurs cordes à son arc. Pour ce faire il faut savoir :

Comment vendre des produits pour être rentable ?

Pour rentabiliser les produits, il est important de définir son circuit de vente. Ainsi, vous pouvez vendre sur la ferme à travers le local de vente. En dehors de la ferme où vous pouvez vendre à l’association pour le maintien d’une agriculture paysanne. Vous pouvez également effectuer une vente en ligne, sur les marchés ou aux comités d’entreprise. Il est également possible de faire la vente en panier ou à travers les réseaux sociaux. Pour finir vous pouvez faire appel à un intermédiaire qui peut être un grossiste, un restaurateur etc.

La transformation et la conservation des légumes

Le secteur des légumes doit s’adapter à un milieu qui ne cesse de subir des changements. Alors en terme, les consommateurs sont très exigeants surtout en termes de praticité, de santé et de qualité. Pour ce faire, il est possible de le transformer sans subir aucun traitement. Elles peuvent donc être hachées, surgelées, broyées, etc.

Les plantes sauvages comestibles

Vous pouvez aussi diversifier en cultivant des plantes comestibles comme les orties, le plantain, le trèfle ou encore la pâquerette.