Pourquoi et comment faire ses conserves maison ?

faire-conserves-maison

Imaginez-vous manger une ratatouille faite à partir de légumes frais au mois de février. Songez au bonheur de savourer une sauce de tomates fraîches au mois de décembre. Et que diriez-vous de manger des fraises au sirop au mois de janvier ? Tout cela est possible grâce à la conserve maison. C’est en effet le meilleur moyen de déguster des fruits et légumes hors saison tout en sachant que l’on mange des produits frais. Oui, quand on a la chance d’avoir un terrain et d’y faire un potager, faire des conserves permet de consommer ses fruits et légumes tout au long de l’année. Que ce soit à l’état brut ou en préparations cuisinées, il est possible d’utiliser différentes méthodes de conservation. Découvrez-les à travers cet article.

Méthode 1: la stérilisation

La stérilisation est sans doute la plus connue et la plus utilisée des méthodes.

  • Munissez-vous de pots de conserve avec ou sans joint plastique. Il n’est pas obligatoire d’en acheter, vous pouvez recycler les récipients en verre avec couvercle à vis. Dans tous les cas, il est impératif qu’ils soient propres et stérilisés.
  • Pour ce faire, plongez-les dans l’eau bouillante pendant dix minutes (seulement trois pour les joints).
  • Puis, les sortir de l’eau et les laisser sécher à l’envers à l’air libre.
  • Remplissez-les avec ce que vous voulez, plats préparés, sauces, légumes tels que haricots verts en suivant les instructions liées à chacun. Le temps de stérilisation en lui-même dépendra également du type d’aliment que vous souhaitez conserver. N’hésitez pas à vous référer aux conseils de vos aïeux… ou à Internet !
  • Après avoir sorti vos pots, laissez-les refroidir, à l’envers, et, dans le cas des couvercles à vis, faites un test avant de les ranger. Il arrive que certains ne soient pas hermétiques. S’ils s’ouvrent facilement, c’est que le pot n’est pas étanche et que son contenu s’oxydera. Changez-le et recommencez.

Méthode 2: la congélation ou surgélation

Tout cela vous paraît fastidieux ? Choisissez alors la congélation ou surgélation. Pour les plats cuisinés, mettez vos préparations dans des barquettes et placez-les directement dans le congélateur.

Pour les légumes, deux choix : les congeler entiers ou en morceaux. Dans les deux cas, il est préférable de passer dans un premier temps par le tiroir surgélation qui se trouve tout en haut de votre appareil. Les produits seront gelés très rapidement, et une fois replacés dans des sachets au congélateur, ils ne se colleront pas les uns aux autres.

Méthode 3: le vinaigre

C’est également une solution très pratique et rapide. Le vinaigre étant un antiseptique, il empêche le développement des bactéries responsables du pourrissement. Idéal pour les cornichons, une majorité de champignons, les oignons, etc., il ne demande que du vinaigre, de l’eau, quelques aromates et des pots stérilisés.

  • Vous mettez vos ingrédients dans les récipients,
  • Vous faites bouillir le vinaigre et l’eau, et vous versez dans le pot.
  • Refermez et le tour est joué.
  • Et s’il vous reste un peu de carottes, un peu de choux fleurs ou autre, pensez à faire des pickles ! Ils seront une alternative « régime » au moment de l’apéro !

Méthode 4: la lacto-fermentation

La lacto-fermentation une méthode ancestrale qui permet de conserver tous les nutriments d’un aliment. Seulement, il a l’inconvénient d’en modifier le goût. Le principe ? Créer un phénomène de fermentation en couvrant vos légumes d’eau et ensuite de gros sel. En l’absence d’air, la « saumure » protègera les aliments de l’oxydation. Cette méthode est possible pour tous les légumes et ne demande qu’un petit quart d’heure.

Méthode 5: le séchage

Pas besoin d’avoir un déshydrateur pour procéder au séchage. En effet, votre four pourra également faire l’affaire si vous suivez les températures et les temps liés à l’ingrédient que vous souhaitez sécher. Vos champignons, vos fruits, certains légumes, une fois « vidés » de leur eau se conserveront en bocal fermé pendant toute l’année. Il suffira de les réhydrater quelques heures avant leur utilisation. Petite astuce pour les amateurs de soupes. Déshydratez vos légumes (sauf pomme de terre), placez-les dans des sacs au congélateur, et, l’hiver venu, il vous suffira de les mettre dans de l’eau avec des patates, et vous aurez une soupe vite faite et qui ne prenait pas de place !faire-conserves

Dans tous les cas, il conviendra systématiquement de bien laver vos ingrédients et d’étiqueter vos pots ou barquettes avec le contenu, le nombre de parts qu’il représente et surtout la date. Ce qui vous paraît facile à reconnaître aujourd’hui, le sera moins dans six mois.

Voilà ! Vous n’avez plus qu’à vous lancer ! À vos couteaux, casseroles, sachets, pots et étiquettes ! Et en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire vous remplirez vos étagères de tous ces fruits et légumes frais dont vous ne profitiez d’ordinaire qu’en pleine saison.